Dès lors que le bail est signé par les deux parties, il n’est plus possible de revenir dessus. Cela signifie que le bailleur doit s’assurer que le logement est bien vacant (ce qui peut être problématique si le sortant n’a pas pu déménager en raison du confinement) tandis que le locataire, de son côté, doit s’acquitter du loyer, même s’il n’a pas pu prendre possession des lieux.

S’il est impossible d’exécuter le bail, le mieux est alors de convenir d’un accord écrit dans lequel les parties renoncent finalement à se prévaloir des dispositions du contrat et en annulent toutes les dispositions.

COVID-19 

Retrouvez toutes nos réponses aux questions posées par les internautes dans les domaines de la consommation, du logement, de l'alimentation et de la copropriété soulevées par la situation de crise actuelle ici


Crédit photo : © VadimGuzhva - Adobe stock