A titre d’exemple, ICF Habitat a fait savoir à ses locataires que l’ensemble de ses lieux d’accueil était fermé : loges, bureaux, agences, directions territoriales. De même, les équipes chargées de l’entretien de l’immeuble seront réduites. Sur Paris, ce sont près de 2 000 gardiens d’immeubles sociaux qui sont en arrêt, ou presque, avec pour consignes de ne pas entrer en contact avec les locataires et de n’assurer qu’un minimum d’entretien (nettoyage, sortie des poubelles).

En copropriété, en présence d’un gardien la question se posera de savoir s’il continue ou non d’assurer ses fonctions. Là encore, à l’instar des bailleurs sociaux, l’entretien sera limité pour respecter les règles de confinement, tout comme la sortie des bacs à ordures. Si votre gardien, compte tenu des circonstances, refuse de procéder à cette prestation, il faudra soit faire appel à une entreprise extérieure, ce qui risque d’être difficile, soit la réaliser vous-même. Le conseil syndical a ici un rôle à jouer et il peut tout à fait prendre en charge cette opération.

Dans tous les cas, pour les locataires, la rémunération du gardien ou concierge demeure récupérable puisqu’il s’agit ici d’un cas de force majeure, hypothèse expressément prévue par les textes (article 2 Décret n° 87-713 du 26 août 1987).


COVID-19 

Retrouvez toutes nos réponses aux questions posées par les internautes dans les domaines de la consommation, du logement, de l'alimentation et de la copropriété soulevées par la situation de crise actuelle ici


Crédit photo : © LIGHTFIELD STUDIOS -Adobe stock