Un masque grand public qu’est-ce que c’est ?

Fabriqués en respectant un cahier des charges conçu par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) les masques grand public sont des masques filtrants en tissu lavables et réutilisables. Ils permettent de filtrer les gouttelettes contenant du coronavirus. Selon les données du ministère de l’Économie, ils ont « des propriétés de filtration allant d’au moins 70 % à plus de 90 % de filtration des particules émises d’une taille égale ou supérieure à 3 microns. ». La "respirabilité" du masque doit permettre son port pour une durée de 4 heures.

Des masques estampillés d’un logo spécifique

Afin que les consommateurs les identifient facilement, les masques grand public portent un logo spécifique. Il y a 4 logos qui indiquent le nombre de lavages autorisés au-delà desquels la filtration du masque ne sera plus garantie : "Filtration garantie - Testé 5 lavages", "Filtration garantie - Testé 10 lavages", "Filtration garantie - Testé 20 lavages" et "Filtration garantie - Testé 30 lavages".

Le respect des gestes barrières

« Ces masques ajoutent une barrière physique, notamment en cas de contact étroit avec d’autres personnes » précise le ministère. Le port d’un masque doit donc s’accompagner impérativement des gestes barrières et des mesures de distanciations.

La CLCV appelle les particuliers à suivre ces prescriptions et à acheter un volume raisonnable de masques correspondant à leurs besoins, le surstockage pouvant être un facteur de pénurie.

Par ailleurs la CLCV émet, en la matière trois requêtes à destination des pouvoirs publics :

  • Une mise à disposition large des masques dans les points de vente. Le gouvernement ne peut pas demander aux Français le port systématique s’il y a pénurie ou si l’accès aux masques est trop contraint.
  • Prévoir un encadrement des prix a minima pour le modèle de masque le plus standard afin d’éviter des envolées de prix qui nuiraient tant au pouvoir d’achat qu’à l’effectivité d’un port systématique.
  • Organiser des distributions gratuites auprès des populations en situation financière difficile. On ne peut pas demander aux personnes qui ont déjà du mal à se nourrir, de consacrer de l’argent sur ce point.

La CLCV, notamment par le biais de son réseau local joignable par téléphone, se tient aux côtés des consommateurs et assure une veille du marché pour lutter contre les arnaques et les fausses allégations.

Lire l'intégralité de notre communiqué de presse

Crédit photo : Crédit photo : © Sergey - adobe stock