Qu'est-ce que le monoxyde de carbone ?

Quand des matières carbonées (gaz naturel, bois, charbon, butane, essence, fuel, pétrole, propane) brûlent, elles dégagent du dioxyde de carbone. Mais quand la combustion est incomplète, du monoxyde de carbone se forme. Incolore, inodore, sans saveur et non irritant, ce gaz est imperceptible. Il se diffuse pourtant très rapidement et est extrêmement toxique pour l'homme.

Comment y est-on exposé ?

L'ensemble des appareils de combustion de matières carbonées sont susceptibles de produire du monoxyde de carbone quand ils présentent un dysfonctionnement (conduit mal raccordé ou mal dimensionné, vétusté, etc.), qu'ils sont utilisés dans des conditions non conformes à celles prévues par le fabricant (en intérieur ou de façon prolongée), quand la quantité d'oxygène est insuffisante (entrée d'air bouchée, conduit calfeutré, etc.) ou que les matières servant à la combustion contiennent des impuretés (peinture, vernis).

Dans les logements, les principales sources de monoxyde de carbone sont les systèmes de chauffage, de production d'eau chaude et de cuisson non électriques : chaudière et chauffe-eau, chauffage d'appoint, poêle, cheminée, cuisinière, mais aussi brasero et barbecue. Le risque provient également des moteurs des véhicules, de certains appareils de bricolage ou de groupes électrogènes.

Quelles sont les conséquences d'une exposition au monoxyde de carbone ?

Le monoxyde de carbone est absorbé par l'organisme via les poumons, puis se retrouve dans le système sanguin, avec pour conséquence une diminution de sa capacité à transporter l'oxygène. Selon sa concentration, la durée d'exposition et le volume d'air inhalé, l'intoxication peut être chronique ou aiguë. Dans ce dernier cas, elle peut conduire à une asphyxie qui peut être mortelle, parfois en moins d'une heure. Une intoxication au monoxyde de carbone peut par ailleurs entraîner des troubles neurologiques et/ou cardiaques, voir des séquelles irréversibles.

À noter que les fœtus et embryons sont particulièrement sensibles à une telle exposition, ce qui nécessite d'être plus vigilants encore pour les femmes enceintes. Ces intoxications sont également suspectées de perturber le développement cérébral des enfants.

Quels sont les signes d'une intoxication ?

Les signes d’une intoxication au monoxyde de carbone varient selon la gravité de l'exposition, chaque personne et avec le temps. Les plus fréquents sont cependant les maux de tête, une grande fatigue, des nausées et des vomissements. Une intoxication grave peut entraîner une perte de connaissance, un coma voire la mort. Dans sa forme chronique, l'intoxication peut en revanche être peu symptomatique, ce qui rend difficile son diagnostic.

Comment prévenir une exposition ?

Chaque année avant l'hiver, faites vérifier et entretenir vos appareils de chauffage et de production d'eau chaude et vos conduits d'évacuation de fumée par un professionnel qualifié. Demandez-lui une « attestation de conformité » lors de l'installation, puis, chaque année, une « attestation d’entretien » qui prouve que l’appareil et/ou le conduit sont bien entretenus.

Si vous avez un poêle ou une cheminée, n'utilisez que du bois sans verni ni peinture.

Aérez au moins 10 minutes par jour votre domicile, même en hiver. Ne calfeutrez pas les entrées d'air et systèmes de ventilation mais maintenez-les au contraire en bon état de fonctionnement.

Respectez les consignes d’utilisation des appareils à combustion. Les chauffages d’appoint ne sont par exemple pas conçus pour être utilisés en continu mais seulement de façon ponctuelle. Les cuisinières, braseros et barbecues ne doivent en aucun cas servir pour se chauffer en intérieur. Enfin, n'installez pas de groupes électrogènes et ne laissez pas de moteur allumé dans votre logement, même dans un garage, une cave ou une véranda.

Il est également possible d'acheter un détecteur de monoxyde de carbone. Leur faible efficacité avait cependant été pointée en 2013 par la Commission de la sécurité des consommateurs. Si des progrès semblent avoir été faits depuis selon la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), la prévention des intoxications doit passer prioritairement par les mesures citées précédemment. Si vous faites le choix d'en acheter un, assurez-vous de la présence de la norme européenne NF EN 50291 ou NF 292 sur l’emballage du produit. Veillez également à bien identifier le son d'alarme pour ne pas le confondre avec celle des détecteurs de fumée. Les comportements à adopter en cas d'incendie ou d'exposition au monoxyde de carbone sont en effet opposés !

Que faire en cas de suspicion d'intoxication ?

Si vous avez mal à la tête, envie de vomir ou vous sentez mal alors qu'un appareil à combustion est en fonctionnement, ouvrez immédiatement les portes et les fenêtres, éteignez l'appareil en question puis sortez au plus vite de chez vous. Appelez ensuite le 15 ou le 18, ou le 112 sur un portable, le 114 pour les personnes sourdes ou malentendantes. Et ne rentrez pas chez vous sans l'accord des secours.

Crédit photo : © Pixavril - stock.adobe.com