Parce qu'ils permettent une rémunération plus juste des agriculteurs et le maintien d'une agriculture locale, qu'ils offrent un lien plus fort entre le consommateur et le producteur et qu'ils apparaissent comme plus vertueux pour l'environnement*, les circuits courts de proximité – c'est-à-dire la vente directe (ou impliquant un seul intermédiaire) entre un producteur et un consommateur habitant le même territoire – ont le vent en poupe. Et davantage encore depuis le premier confinement. Si ce mode de consommation vous intéresse, voici quelques sites qui vous permettront de franchir facilement le pas.

Le réseau des Amap

Créées en France en 2001, les Amap (Association pour un maintien de l'agriculture paysanne) constituent une association entre un groupe de consommateurs et un ou plusieurs agriculteurs dans laquelle les premiers s'engagent par contrat à acheter leur production aux seconds, sur une période donnée et selon un prix déterminé à l'avance. Chaque semaine, les adhérents de l'Amap récupèrent un panier de fruits et légumes fournis par le producteur.

Pour les agriculteurs, les Amap sont une réelle opportunité qui leur assure de vendre leur production sur la durée et à un prix leur permettant d'avoir un revenu décent. En contrepartie, ils s'engagent à respecter les principes de l'agriculture paysanne : taille d'exploitation raisonnable, respect des cycles naturels et du bien-être animal, limitation des intrants, etc.

Pour le consommateur, il s'agit d'un véritable engagement. Cette formule est en effet la plus contraignante puisqu'elle nécessite une adhésion payante à l'association, qu'il ne peut choisir le contenu de son panier et que le contrat s'étale sur plusieurs mois. Il est important de bien comprendre la portée de son engagement avant de signer. C'est en revanche là que les liens entre les membres et les agriculteurs sont les plus forts (avec possibilité de visites, de participation à la récolte, etc.).

http://www.reseau-amap.org/

Bienvenue à la ferme

Coordonné par les Chambres de l'agriculture, « Bienvenue à la ferme » constitue un réseau de 4 500 agriculteurs adhérents pratiquant la vente directe à la ferme. L'internaute peut les sélectionner sur des critères géographiques et/ou types de production et aura ainsi accès à leurs coordonnées complètes, des indications géographiques pour s'y rendre et le détail des produits proposés. C'est ensuite à lui à contacter le producteur pour lui commander de façon occasionnelle ou régulière les produits et aller les chercher.

Cette base de données comprend également les adresses ou liens des différentes initiatives mises en place par les Chambres de l'agriculture pour développer les circuits courts de proximité, et notamment les 29 magasins de producteurs et 100 drives fermiersCes espaces, physiques ou virtuels, permettent aux consommateurs d'avoir accès aux productions de plusieurs agriculteurs dans un lieu unique ou par l'intermédiaire de commandes en ligne, à récupérer ensuite à un endroit donné.

On y retrouve également la liste des marchés de producteurs : des marchés ouverts exclusivement aux agriculteurs signant une charte de bonnes pratiques (produits locaux de saison, qualité des productions, transparence des pratiques agricoles, etc.) et se tenant de façon régulière ou, le plus souvent, saisonnière.

https://www.bienvenue-a-la-ferme.com/

La Cagette

« La cagette » est une plateforme web open source développée par un ingénieur en agriculture et un développeur web afin de faciliter les achats groupés en circuit court. Pensée d'abord comme un outil de gestion au service des Amap, sa praticité a séduit bien au-delà et elle regroupe aujourd'hui quelque 3 000 agriculteurs et 2 000 associations diverses.

Concrètement, elle permet à un ou plusieurs agriculteurs de créer très facilement une « boutique » en ligne où sont listés les produits, les quantités disponibles, les prix, le cas échéant leur label (pour le bio). Les consommateurs ont accès à ces boutiques selon des critères géographiques et peuvent ensuite choisir et commander (et parfois payer) directement en ligne, avant d'aller chercher les produits à la ferme ou dans un lieu donné, à des jours et horaire déterminés. Selon les cas, cette commande peut être individuelle ou groupée, par l'intermédiaire d'Amap et autres associations (une adhésion payante peut alors être demandée).

À noter qu'aucune commission n'est prélevée par les concepteurs de la plateforme, qui se rémunèrent par des formations professionnelles pour les producteurs qui souhaitent développer leurs ventes sur Internet.

https://www.cagette.net/

La Ruche qui dit oui

Lancée en 2011, « La Ruche qui dit oui » est une autre plateforme internet permettant les achats groupés auprès d'agriculteurs. Selon son lieu d'habitation, le consommateur rejoint une « ruche » qui lui donnera accès à un catalogue de produits qu'il peut commander et aller ensuite récupérer à un point de livraison. Chaque ruche est gérée de façon autonome par son fondateur, qui choisit les producteurs (en principe dans un rayon de 250 km), anime le groupe, prend en charge la logistique et gère la livraison.

Cette formule a l'avantage pour le consommateur d'être très souple puisqu'il commande quand il le souhaite et ce qu'il souhaite, sans engagement. Le panel des produits peut aussi être très larges, allant des fruits et légumes aux produits transformés, en passant par des boissons, du fromage, etc.

Les prix sont cependant plus élevés car s'y ajoute une commission de 20 % : 8,35 % revenant au responsable de la ruche et 11,65 % à la plateforme. 

https://laruchequiditoui.fr/fr

Les magasins de producteurs

Ces magasins se développent beaucoup ces dernières années, séduisant autant les consommateurs – qui y trouvent une variété de produits locaux, bruts ou transformés, et un accès direct aux producteurs – que les agriculteurs à qui ils offrent un débouché supplémentaire et l'opportunité de mutualiser la commercialisation.

Attention toutefois, le Code rural et de la pêche autorise ces magasins à réaliser 30 % de leurs chiffres d'affaires avec des produits non issus du groupement. Leur origine doit cependant être clairement affichée.

Pour trouver le magasin de producteurs le plus proche de chez-vous renseignez-vous auprès de votre mairie ou de votre région.

Les initiatives locales nées du premier confinement

Au moment du premier confinement, face aux craintes des agriculteurs de ne pas pouvoir écouler leur production après la fermeture des marchés, de nombreuses collectivités et/ou Chambres de l'agriculture ont mis en place des plateformes recensant les agriculteurs vendant en circuit court. C'est le cas par exemple des régions Nouvelle-Aquitaine, https://plateforme.produits-locaux-nouvelle-aquitaine.fr/ Bretagne, https://www.produits-locaux.bzh/fr/ ou Occitanie, https://tousoccitariens.fr/, des départements du Centre-Val-deLoire, https://www.produits-frais-locaux-centre-valdeloire.fr/ de la Gironde, https://www.producteurs-girondins.fr/consommer-local-en-gironde/ ou encore de la Réunion. https://departement974.fr/infosagricoles Pour savoir si cela existe sur votre territoire, n'hésitez pas à vous rapprocher de votre collectivité territoriale ou de la Chambre de l'agriculture de votre département.


* Selon un avis de l'Ademe de 2017, ce n'est cependant pas forcément le cas.  https://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/avis-ademe-circuits-courts.pdf 

Crédit photo : © Pippa Hynelin - stock.adobe.com