La crise sanitaire a, en effet, eu des répercussions inégales qui se sont fait ressentir dans les différentes prestations liées à la collecte sélective et au tri des emballages et des papiers en France métropolitaine ainsi que dans les départements et territoires d’Outre-mer.

Dans ce contexte, il est important de faire un point sur l’impact du confinement sur la collecte sélective, le tri et le recyclage effectif des déchets d’emballages et papiers pendant cette période.

CITEO, éco-organisme chargé de la mise en œuvre de la collecte et du recyclage de ces emballages et papiers en France a réalisé tout au long de la crise sanitaire, un état des lieux hebdomadaire de la collecte sélective et de l’ouverture des centres de tri en France entre le 1er avril et le 26 mai.

 Voici ce qu’il faut retenir des bilans réalisés ces dernières semaines.

La collecte du verre a été faiblement impactée par la mise en confinement

Dès le début de la crise liée à la Covid-19, la majorité des collectivités ont su assurer la continuité de leurs prestations de services de collecte des emballages en verre. En effet, seulement quinze jours après la mise en confinement de la France, qui a eu lieu à partir du 17 mars 2020, plus de 90 % des services de collectes de verre étaient maintenus sur le territoire français [2] .

Un temps d’adaptation a été nécessaire pour certaines collectivités qui ont, pendant environ un mois, assuré une collecte partielle du verre [3]   . Cela signifie que la collecte en porte à porte (devant le domicile) a été interrompue souvent au profit d’un maintien de la collecte en apport volontaire (espace de tri à disposition dans la rue, par exemple). Peu de collectivités locales ont totalement arrêté la collecte du verre pendant le confinement. Seulement 3% au 1er avril 2020. 

Un retour à la normale a rapidement été effectué : au 26 mai, l’ensemble des services de collecte de verre avaient repris.

La collecte des emballages légers et des papiers, plus touchée par la crise. 

La collecte des emballages légers (plastiques, cartons, acier, aluminium) et des papiers a été plus impactée que celle des emballages en verre. En début de confinement, si la collecte était maintenue en majorité [4], le tri et recyclage des déchets en aval n’étaient pas nécessairement réalisés. En effet, certains centres de tri en métropole et dans les territoires outre-mer ont été amenés à fermer : au début du confinement seulement 60% des centres de tri étaient en fonctionnement [5]. En cause notamment, le manque de personnel lié à des conditions de travail ne permettant pas de respecter les recommandations sanitaires). 

Cela a donc conduit certains déchets d’emballages légers à être enfouis ou incinérés plutôt que recyclés. Cette situation reste toutefois minoritaire : elle ne concernait qu’une dizaine de collectivités au 1er avril, et plus que cinq collectivités au 26 mai.  Par ailleurs, certaines collectivités avaient, au début du confinement, stoppé la collecte des emballages légers donnant plutôt comme consignes aux ménages de garder les emballages et/ papiers chez eux. 

Reprise de la collecte et continuité du geste de tri.

Aujourd’hui, la collecte sélective a repris un fonctionnement normal dans la quasi-totalité des collectivités. Les centres de tri ont retrouvé une capacité de tri de 93% au 26 mai 2020. Par ailleurs, malgré les perturbations observées sur les services de collectes pendant le confinement, 78% des Français ont gardé leurs habitudes de tri et près de 1 sur 5 (18%) y a même fait beaucoup plus attention : une bonne nouvelle pour l’économie circulaire. 

 

[1] Etude menée par Citeo et Elabe, réalisée auprès de 2500 personnes représentatives de la population
[2] Pourcentage réalisé sur un échantillon de 90 collectivités, représentant 35 millions d’habitants au 1er avril 2020 (soit 81 collectivités sur 90).
[3] Au 1er avril 2020, 7 collectivités sur les 90 de l’échantillon assuraient une collecte partielle. Il n’y en avait plus que 3 au 6 mai 2020, et aucune au 26 mai 2020.
[4] Près de 70% des collectivités maintenaient leurs services de collecte au 1er avril. Une reprise progressive a été effectuée et au 26 mai on observait un taux de quasiment 100% des services de collectes effectués.  
[5] Au 27 mars, sur un parc de 177 centres de tri (métropole et DROM COM), 74 d’entre eux étaient fermés, 88 ouverts, 2 fermés pour travaux et les autres en fonctionnement partiel. Au 26 mai, sur un parc de 175 (2 centres de tri ont fermé pendant le confinement) 142 étaient ouverts, 28 en fonctionnement partiel, 4 fermés dont 2 pour travaux.

CDV 205.pdf_-_Adobe_Acrobat_copy

Citeo, l’éco-organisme chargé de réduire l’impact environnemental des emballages et des papiers contribue à l’objectif 100 % de plastiques recyclés d’ici 2022 en développant la collecte, le tri et le recyclage des emballages ménagers en plastique qui représentent 20 % de l’utilisation de plastique en France.
Plus d’informations sur le site www.citeo.com


Crédit photo ©  Sergey - stock.adobe.com