arrowAdhérer à la CLCV

humanEspace adhérent

Retour

Seniors : comment adapter votre logement ?

13/06/2019 Dernière modification le 13/06/2019
Seniors : comment adapter votre logement ?

L’âge et la perte d’autonomie sont des facteurs qui peuvent transformer votre logement en milieu hostile. Tapis, câbles… sont autant d’obstacles à l’origine d’accidents et de chutes. D’où l’importance d’adapter son logement.

Les aides financières

Le coût d’adaptation d’un logement à une personne senior représente un budget plus ou moins important selon les cas. Heureusement, des aides financières existent ! Vous pouvez contacter l’ANAH (Agence Nationale de l’Habitat) qui peut, selon votre revenu, prendre en charge jusqu’à 50 % du montant des travaux (plafonnés à 10 000 € hors taxes).

Selon vos ressources, votre caisse de retraite peut également vous accorder une subvention pouvant couvrir jusqu’à 90 % du coût de vos travaux d’aménagement. Renseignez-vous auprès d’elle. Enfin, pour identifier les différents dispositifs d’aide, des mouvements associatifs comme la Fédération SOLIHA peuvent rechercher pour vous des financements.

Choisir un bon professionnel

Vous pouvez vous rapprocher d’un professionnel ayant la qualification « Handibat », délivrée par la CAPEB, qui atteste de leur compétence concernant les travaux d’accessibilité. Vous trouverez sur le site de l’association QUALITEL des conseils pour choisir un bon artisan.

Par ailleurs, vous pouvez faire appel à un ergonome afin qu’il identifie les travaux prioritaires à réaliser, compte tenu des caractéristiques de votre logement et de la disposition des pièces.

Les travaux à réaliser

Les travaux sont différents selon la nature de la pièce. Parfois, une simple adaptation suffira, mais dans certains cas, une opération de plus grande ampleur pourra être nécessaire.

♦ La salle de bains

Une douche à l’italienne (ou avec un receveur extra-plat) permet un accès beaucoup plus sûr qu’une baignoire. Il existe d’autres solutions, comme des baignoires à porte. Si nécessaire, un siège de douche mural peut être installé. Disposez des tapis antidérapants à l’intérieur et à l’extérieur de la douche. Si vous êtes en fauteuil ou si vous avez des difficultés à rester debout, il existe des lavabos réglables en hauteur. Pensez à installer une barre latérale d’appui (ou barre de préhension) pour vous aider à vous relever ou à vous appuyer. Demandez au professionnel de veiller à la solidité du mur et des fixations pour éviter que le système ne se casse. Vous pourriez être déséquilibré et chuter. ♦ Dans les toilettes Vous pouvez fixer au mur deux barres latérales d’appui et adopter un siège surélevé. Le professionnel devra vérifier que l’installation est solide, comme dans la salle de bains, afin de prévenir les risques d’accident.

♦ Dans la cuisine

Pour diminuer au maximum les risques (brûlure) : optez pour des plaques à induction, faites placer le four à hauteur de poitrine et ayez éventuellement un extincteur à portée de main. Votre évier doit être placé à hauteur de hanches et vous devez pouvoir accéder à tous vos placards sans vous hisser sur la pointe des pieds.

♦ Et dans le reste du domicile

Si vous avez un escalier, vous devez impérativement prévenir les risques de chutes : matérialisez les contremarches avec de la peinture claire et installez des nez de marche (revêtement recouvrant l’angle de la marche) avec des bandes antidérapantes.

Pour faciliter vos déplacements, veillez à ce que les portes s’ouvrent facilement, avec une poignée accessible. Privilégiez un modèle à bec-de-cane plutôt que les systèmes ronds. Si la cloison et la configuration des lieux s’y prêtent, faites remplacer au besoin les portes battantes par des portes coulissantes.

Accordez une attention particulière aux éclairages, qui ne doivent pas laisser de zone d’ombre. Notez que certaines adaptations ne nécessitent aucuns travaux :

- des meubles astucieusement situés peuvent avoir la même fonction que des barres d’appui ;
- rehausser votre lit avec, par exemple, un matelas supplémentaire vous permettra de vous coucher et de vous lever plus facilement ;
- pour ne pas glisser, pensez aussi à fixer vos tapis au sol avec un scotch double face.

♦ Les travaux affectant les parties communes

N’oubliez pas que si vous êtes amené à toucher les parties communes, il vous faudra au préalable l’autorisation de l’assemblée générale statuant à la majorité de l’article 25 et, le cas échéant, 25-1.

Si vous souhaitez remplacer vos persiennes par un volet roulant électrique, l’assemblée générale devra être sollicitée car vous modifiez l’aspect extérieur de l’immeuble. Enfin, si des travaux d’accessibilité sont nécessaires dans les parties communes (création d’une rampe d’accès par exemple), la majorité est ici diminuée et est celle de l’article 24, dans tous les cas, qu’il s’agisse de travaux votés au nom de la copropriété ou d’une autorisation conférée à un copropriétaire de réaliser, à ses frais, les travaux en question (et ce alors même qu’il s’agit d’une modification de l’aspect extérieur de l’immeuble).

Pour en savoir plus rendez-vous sur Qualitel

logo

 

Image par Gerd Altmann de Pixabay 

Revenir en haut top