arrowAdhérer à la CLCV

humanEspace adhérent

Retour

Mondial de football : vos recours face à un voisin trop bruyant

29/06/2018 Dernière modification le 26/07/2018
Mondial de football : vos recours face à un voisin trop bruyant

Votre voisin est accro au football et vous en profitez à chaque match de la coupe du monde 2018. Le son de sa télévision et ses cris... Vous n'en pouvez plus ! Vous avez des recours pour stopper ce supporter trop bruyant.


Les cris et le son poussé au maximum de la télévision sont considérés comme des bruits de comportement. S’ils s’avèrent répétitifs, intenses, et durent dans le temps, ils peuvent constituer un trouble anormal de voisinage. Sachez qu’il n’est pas nécessaire que ce trouble sonore remplisse ces trois critères. Un seul suffit pour caractériser l’infraction.

Attention, pour être condamnable, l’auteur du bruit doit être conscient qu’il cause une gêne et ne prend aucune disposition pour y remédier (son moins fort, casque audio, fenêtres fermées, etc.)

Bien que dans le cas de la coupe du monde 2018, le problème ne se pose pas, en principe les matchs se terminent avant 22 heures, gardez en tête que lorsque les nuisances sonores sont commises la nuit, entre 22 heures et 7 heures, le trouble devient du tapage nocturne. Dans ce cas vous n’avez pas à prouver que le bruit est répétitif, intensif et qu'il dure dans le temps. C’est toujours bon à savoir en cas de prolongation !


Quels sont vos recours ?

Première étape, présentez-vous chez votre voisin pour lui demander de baisser le son et d’être plus discret. Expliquez-lui que vous n’avez rien contre le football mais que son engouement pour le mondial vous gêne. Il n’en a peut-être pas conscience. Bien souvent la discussion portera ses fruits.

Il ne veut rien entendre ? Adressez-lui une lettre simple, puis en recommandé avec avis de réception s’il fait toujours la sourde oreille. Autre solution, demandez à un ami, un parent ou au gardien par exemple d’intervenir pour tenter de régler le conflit. Demandez à votre syndic d’intervenir ou votre bailleur si vous êtes locataire.

S’il persiste, vous pouvez appeler la police ou la gendarmerie à la rescousse. Ils constateront l’infraction et dresseront un constat ou un procès-verbal avec le risque d’une amende à la clé.

Revenir en haut top