arrowAdhérer à la CLCV

humanEspace adhérent

Retour

Films : du grand au petit écran

jeudi, 17 mars 2011 19:18 Dernière modification le vendredi, 15 juin 2012 13:42
Films : du grand au petit écran

Il suffit qu'un film ou un dessin animé rencontre un certain succès sur grand écran pour que des DVD au titre ou au sujet évoquant très étroitement l’œuvre originale envahissent les étalages des magasins.

On peut sourire de ce phénomène qui consiste surtout, pour les producteurs et distributeurs, à surfer sur un succès. En revanche, cela devient problématique lorsque le consommateur est induit en erreur.
Ainsi, combien de parents ont pensé acquérir le dernier dessin animé en vogue pour faire plaisir à leurs enfants et se sont retrouvés avec une œuvre à la qualité et à l'animation plus qu'incertaines ?

En fait, avec un minimum d'information, il est simple de ne pas se faire piéger par ces pratiques grossières. Il suffit de se reporter à la « chronologie des médias » qui détermine le délai à partir duquel une œuvre diffusé au cinéma peut se retrouver en DVD, en VOD ou être diffusée sur une chaîne de télévision.

Mode d'exploitation

Délai applicable

DVD, Blu Ray

4 mois, ramené à 3 mois dans certaines conditions pour des films ayant réalisé peu d'entrées.

Vidéo à la demande (VOD) payante à l'acte

4 mois.

Service de télévision payant de cinéma (Canal+, certaines chaînes spécialisées du câble…)

- 10 mois si la chaîne a conclu un accord avec une organisation professionnelle du cinéma ;

- 12 mois dans les autres cas.

Télé en clair et autres service de télévision payant (chaînes du câble non spécialisée par exemple…)

- 22 mois lorsque la chaîne applique des engagements de coproduction d'un montant minimum de 3,2% de son chiffre d'affaire ;

- 30 mois dans les autres cas.

Vidéo à la demande (VOD) par abonnement

36 mois.

Donc, si vous voyez à peine quelques semaines après la sortie en salle d'un film, un DVD ou un titre proposé en VOD sensiblement similaire, méfiance, vous risquez d'être déçu.

VOD à l'acte ou par abonnement : les différences

Dans le premier cas (VOD à l’acte), le consommateur débourse via Internet ou son décodeur branché sur la ligne téléphonique, une certaine somme (quelques euros en général) pour visionner un film précis : une nouveauté la plupart du temps.

La VOD par abonnement, mensuel la plupart du temps, permet de télécharger un nombre déterminé ou illimité de films. Le coût par film est bien évidemment inférieur dans le cadre de l'abonnement à la séance payable à l'acte. D’où la différence de délai (36 mois pour le premier, 4 pour le second)

Revenir en haut top