arrowAdhérer à la CLCV

humanEspace adhérent

Retour

Alimentation : les filières courtes progressent

vendredi, 01 juin 2012 15:20 Dernière modification le vendredi, 03 mai 2013 11:05
Alimentation : les filières courtes progressent

Marchés de producteurs, magasins à la ferme, livraison de paniers : les circuits courts alimentaires se développent. Les consommateurs sont au rendez-vous.

Vente de produits à la ferme, marchés de producteurs, livraison de paniers… aux antipodes des courses à l’hypermarché, de nouveaux modes de consommation centrés sur le lien entre producteur et consommateur se développent. Baptisées « circuits courts », ces initiatives permettent à l’agriculteur de mieux rémunérer sa production et au consommateur de connaître l’origine et la qualité des produits qu’il achète.

Les raisons du succès

D’après le recensement agricole de 2010, 18 % des exploitations commercialisent tout ou partie de leur production en vente directe, un pourcentage qui a progressé de deux points en cinq ans. Parmi les produits les plus concernés : les fruits et légumes, le vin, la viande, le lait et les œufs.

On estime que 4 % des fruits et légumes achetés le sont en vente directe, 7 % si on élargit à l'ensemble des circuits courts. Quant aux marchés de producteurs, ils représentaient en 2007 plus de 1 000 exploitations et touchaient environ 100 000 consommateurs.

Parmi les raisons qui poussent un nombre croissant de particuliers à s’engager dans ce type de démarche, il y a bien sûr le souci de renouer avec une alimentation de qualité.

Les circuits courts témoignent aussi d’une forme de solidarité entre consommateurs et producteurs. Des crises récurrentes affectent les producteurs de lait, de fruits et légumes ou de porc qui dénoncent la pression sur les prix qu’ils subissent de la part de la grande distribution. Ces débats ne laissent pas les consommateurs indifférents, et les circuits courts permettent à ceux qui le souhaitent de soutenir les producteurs en leur offrant une rémunération supérieure à celle en vigueur dans les filières agro-industrielles.

Le cas des AMAP

La première association pour le maintien d’une agriculture paysanne ou AMAP a vu le jour en 2001 autour d’une exploitation productrice de fruits et légumes proche de Toulon. Selon Denise Vuillon qui fut avec son mari l’instigatrice de ce projet, on dénombre aujourd’hui plus de 6000 AMAP, soit un peu plus de 1 % des exploitations agricoles françaises.

Les AMAP s’apparentent à de la vente directe, à la différence près que le consommateur ne paye pas un produit mais rémunère un travail. Le consommateur et le producteur signent un contrat de 6 mois à un an dans lequel le consommateur s’engage à participer au préfinancement de la production. En échange, le producteur livre, généralement toutes les semaines, un panier de produits de saison.

Le prix du panier est fixé de manière équitable : il permet au producteur de couvrir ses frais de production et de dégager un revenu décent et reste abordable pour le consommateur.

Relation directe

Dans ce système basé sur la confiance, le poids du panier et sa composition ne sont pas fixés et l’offre est plus limitée qu’au supermarché. En revanche, il y a une relation directe avec le producteur qui se doit de respecter la charte « AMAP » c’est-à-dire les principes d’une agriculture « responsable » qui se passe d’intrants chimiques (engrais, pesticides).

Aujourd’hui, le principal défi est de fidéliser les clients. Sur la ferme de Denise Vuillon, seuls 12 % des inscrits en 2001 le sont toujours. La CLCV soutient les évolutions de certaines AMAP qui permettent à des producteurs de se regrouper pour offrir une gamme de produits plus large et davantage de souplesse sur les engagements en quantité.

Plus d’infos sur www.reseau-amap.org

A côté des AMAP, d’autres expériences de circuits courts sont menées, qui intègrent des considérations sociales.

 

Jardins de Cocagne

Le premier jardin de Cocagne a été créé en 1990. Le but était de mettre au travail des publics en grande difficulté en leur faisant cultiver des fruits et des légumes de saison sur un circuit court. Une idée novatrice, à l’époque. Depuis, les Jardins ont fait du chemin : ils sont une centaine actuellement. Le cahier des charges est précis : il faut faire travailler des publics en difficulté, faire du bio et fournir des paniers de 4 à 5 fruits et légumes de saison aux consommateurs adhérents pendant 50 semaines de l'année (parfois moins suivant les régions). Les Jardins de Cocagne concilient ainsi l’économie, l’environnement et le social.

Ils sont aujourd'hui le premier maraîcher bio de France, avec plus de 17000 familles adhérentes ! Et l’aventure continue, avec une dizaine de nouvelles ouvertures par an.

http://www.reseaucocagne.asso.fr/

 

La CLCV et les circuits courts : une longue histoire

Dès les années 1950, pour faire face aux pénuries, la CLCV s’est efforcée de rapprocher producteurs et consommateurs en organisant des coopératives d’achat en particulier pour la viande ou les fruits et légumes. Les temps ont changé mais plusieurs associations CLCV ont poursuivi ces initiatives.

C’est le cas à Angers où près de 130 familles passent tous les quinze jours leurs commandes de fruits et légumes, de produits laitiers, de miel, et pour certaines de volailles, auprès de la CLCV. Ces achats permettent de proposer des produits de qualité à des prix intéressants.

Mais il n’est pas toujours facile de trouver des producteurs qui voient un intérêt économique à ce type de circuit. En effet, les quantités concernées demeurent faibles et le transport de la marchandise s’avère souvent trop coûteux pour l’agriculteur. De ce fait, l’équipe d’Angers travaille davantage avec des grossistes que des producteurs.

En Moselle, la CLCV de Fameck a acquis une riche expérience de la mise en place de ces circuits courts. Dans les années 1980, alors que la qualité de la viande et les pratiques d’élevage sont mises en question, les militants s’impliquent dans des achats groupés de viande de bœuf et de volaille. Des éleveurs sont sélectionnés pour la qualité de leur travail et le système rencontre un certain succès. Mais le durcissement des règlements sanitaires, et en particulier l’obligation de disposer de véhicules frigorifiques pour le transport de ces denrées, conduisent à stopper l’initiative. Mais l’expérience se poursuit avec une denrée non périssable : le vin de Bordeaux ! La CLCV de Fameck propose à ses adhérents des bouteilles 30 % moins chères que le prix du marché grâce aux liens qu’elle a tissés avec les vignerons. Sur cette offre, la CLCV ne réalise aucun bénéfice mais joue un rôle d’intermédiaire entre producteurs et consommateurs.

Dans le Pays d’Arles, la CLCV soutient le point de vente solidaire Solid’Arles, un espace collectif « de la terre à l’assiette » de vente de fruits et légumes frais, produits locaux et de saison, entre producteurs et consommateurs, ouvert à tous et sans engagement de quantité. Un véritable succès avec près de 3000 clients pour une ville de 50 000 habitants.

 

Solid’Arles

L’association Solid’Arles a été créée le 7 février 2008. Porté par Henri Tisseyre de la CLCV d’Arles, le projet est parti du constat que les producteurs n'arrivaient plus à vivre de leur travail et que les consommateurs achetaient de moins en moins de produits frais, souvent pour des raisons financières. Il fallait trouver une solution qui garantisse une juste rémunération pour les premiers et un juste prix pour les seconds. L’objectif est à la fois de soutenir les producteurs, mieux consommer, être dans un circuit court (démarche écologique), et aider les gens en difficulté. Concrètement, une double tarification en fonction des revenus a été instituée : le tarif I (pour les plus défavorisés) et le tarif II. Pour pouvoir acheter, il faut adhérer à Solid’Arles pour un euro minimum, on obtient alors une carte avec un code barre qui détermine le tarif en caisse. Trois prix sont affichés sur les produits : le prix producteur, le prix tarif I et le prix tarif II. Avec des prix compétitifs par rapport aux grandes surfaces, ce point de vente solidaire et coopératif est une réussite.

Solid’Arles – 14, rue Kennedy – 13 200 Arles. Tél. : 04 90 49 99 10.
http://www.solidarles.free.fr

 

Bon à savoir

Sur Internet, des sites vous proposent d’effectuer des achats groupés auprès de producteurs locaux (il existe 467 Ruches en France).
Plus d’infos sur www.laruchequiditoui.fr

Revenir en haut top