arrowAdhérer à la CLCV

humanEspace adhérent

Retour

Voyage

mardi, 12 juin 2012 17:36 Dernière modification le mardi, 12 juin 2012 17:49
Voyage

Pour un  voyage organisé, l'agence peut-elle réclamer un complément de prix entre la réservation et le départ ?

En application des articles L 211-12 et L 211-13 du code du tourisme, le prix prévu sur votre contrat n'est révisable que si votre bon de réservation ou les conditions générales du voyage à forfait que vous avez réservé prévoient expressément une possibilité de révision et en définissent les modalités. L'augmentation ne peut avoir lieu que pour tenir compte des variations du coût du transport, lié notamment au coût du carburant, des redevances et taxes afférentes aux prestations réservées telles que les taxes d'atterrissage, d'embarquement, de débarquement dans les ports et les aéroports ou du taux de change appliqué à votre voyage.

Le prix fixé au contrat ne peut par ailleurs être majoré au cours des 30 jours qui précèdent votre date de départ.

Enfin, si la hausse du prix est significative, vous pouvez demander l'annulation du voyage avec remboursement sans pénalité des sommes versées.

Lors d'un voyage organisé, les étapes du circuit n’ont pas toutes été respectées et certaines visites n’ont pas été effectuées. Y a-t-il un recours ?

Dans le cadre d’un voyage à forfait, en application de l’article L 211-16 du code du tourisme, l’agence est responsable de la bonne exécution du contrat et ce, aussi bien pour les prestations qu’elle fournit elle-même que pour celles qui dépendent de ses prestataires (agences locales, hôtels, compagnies aériennes…), dans la limite des dédommagements prévus par les conventions internationales. Vous êtes donc tout à fait fondé à intervenir auprès de votre agence de voyage afin d’obtenir une indemnisation du préjudice subi du fait du non-respect des engagements qu’elle avait pris et sur la base desquels vous aviez souscrit ce voyage.

La responsabilité de l’agence peut toutefois être écartée ou limitée si elle apporte la preuve que l'inexécution ou la mauvaise exécution du contrat vous est imputable ou est dû au fait, imprévisible et insurmontable, d'un tiers étranger à la fourniture des prestations prévues ou encore à un cas de force majeure.

Revenir en haut top