arrowAdhérer à la CLCV

humanEspace adhérent

Les consommateurs plutôt favorables à l’utilisation des insectes dans l’alimentation des poissons d’élevage

Depuis juillet 2017, il est autorisé d’utiliser les insectes dans l’alimentation des poissons d’aquaculture. Des truites nourries avec un aliment contenant des farines d’insectes commencent à apparaître sur nos étals. Qu’en pensent les consommateurs ? Le comité Interprofessionnel des produits de l’aquaculture (CIPA) a enquêté.

Le CIPA a voulu recueillir l’opinion des consommateurs sur l’utilisation des insectes dans l’alimentation des poissons d’élevage. Ils ont souhaité également identifier les ressentis des consommateurs. Les enquêteurs se sont entretenus avec des consommateurs dans les rayons poissonnerie de nombreux magasins en France. Près de 370 entretiens ont pu être réalisés.

Une majorité de consommateurs favorables sous conditions.

L’échantillon interrogé n’étant pas représentatif de la population générale, cette enquête constitue une première approche à approfondir par la suite.

Les consommateurs sont majoritairement favorables à l’utilisation d’insectes dans l’alimentation des poissons d’aquaculture. Ils considèrent notamment que cela est « naturel » au motif que « les insectes rentrent dans le régime alimentaire de certains poissons à l’état sauvage », que « les insectes sont une source intéressante de protéines » et que « l’homme consomme déjà des insectes » (développement des insectes apéritifs, consommation d’insectes dans d’autres pays).
Une majorité de ces avis favorables est cependant conditionnée à certains critères. Les consommateurs demandent en effet des garanties concernant :
- La santé est fréquemment évoquée : les consommateurs ne souhaitent pas d’additif dans les farines d’insectes ou encore d’OGM, par exemple.
- La sécurité sanitaire et l’encadrement de l’activité : une traçabilité exemplaire, le choix d’insectes sains et une réglementation précise.
- Les modes de production : le bien-être animal et le respect de l’environnement avec l’utilisation d’insectes locaux.
- La garantie que le goût, l’aspect et l’odeur des poissons ne soient pas altérés par l’utilisation d’insectes dans les farines.
- L’assurance que les prix n’augmentent pas en changeant le type d’alimentation des poissons d’élevage.

Certains consommateurs y sont défavorables

Les consommateurs défavorables à l’utilisation de protéines d’insectes dans l’alimentation des poissons expliquent leur position par :
- Le sentiment que « consommer des insectes n’est pas naturel pour les poissons ».
- « Un fort niveau de transformation et d’industrialisation » pour produire les farines d’insectes.
- « Un dégoût » à l’idée de consommer ce genre de produits


En résumé : oui à ce type d’alimentation mais sous conditions.

Cette première enquête montre que les consommateurs semblent ouverts à l’utilisation des insectes dans l’alimentation des poissons d’élevage mais seulement si on leur assure un haut niveau d’exigence sanitaire, si on leur donne des garanties sur la fabrication des farines (origine des insectes, traçabilité, niveau de transformation, additifs, ingrédients des farines…) et si le produit fini n’est pas affecté par l’introduction de cette nouvelle matière première. Dans l’optique du développement de tels produits, il sera essentiel de prendre en compte les attentes et besoins des consommateurs.

Credit Photo : Pixabay

 

 

 

 

Revenir en haut top