Imprimer cette page
Retour

Les interventions de Jean-Yves Mano, Président de la CLCV, au congrès de l'USH

jeudi, 05 octobre 2017 17:50
Les interventions de Jean-Yves Mano, Président de la CLCV, au congrès de l'USH

« Je voudrais m’adresser au Président de la République, au Président jupitérien, pour l’aider à redescendre sur terre.

Jean-Yves Mano, Président de la CLCV lors d’une table-ronde 

 

 

congres-USH-2017-Jean-Yves-MANO-CLCV

« Je voudrais m’adresser au Président de la République, au Président jupitérien, pour l’aider à redescendre sur terre.

Car voyez-vous, le citoyen-locataire qui a des revenus modestes et touche l’APL, il a compris que, puisqu'il a tellement l’habitude de se serrer la ceinture à la fin du mois, on va encore lui demander un effort.

Le citoyen-locataire, il a compris qu’il fallait qu’il contribue au déficit de l’Etat à hauteur d’un-milliard-sept-cent-millions d’euros.

Le citoyen-locataire, il a compris qu’on allait prendre l’argent chez les bailleurs sociaux, dont les ressources sont constituées pour l’essentiel des loyers des locataires, pour venir aider les gens qui paient l’ISF.
Le citoyen-locataire, il a compris que moins de ressources pour les organismes Hlm, c’est moins de constructions, moins d’entretien.

Le citoyen-locataire, il a compris que l'Etat consacre à peine 70 millions d'euros aux aides à la pierre pour construire du logement social, alors qu'il trouve dans le même temps 1,4 milliards d'euros pour aider des personnes privées à se constituer un patrimoine.
Le demandeur de logement-citoyen, il a compris qu’il fallait qu’il attende encore plus longtemps un logement parce qu’il n’y a plus de possibilité.
Et le citoyen-locataire, il a compris depuis longtemps que malheureusement c’était un oublié à terme de la République.
Et, Monsieur le Président de la République, réveillez-vous ou cela va mal finir. »

 

Discours de Jean-Yves Mano, Président de la CLCV lors du débat d'actualité autour de la politique du logement 

« Faire 1,4 milliards d’économie sur le budget du logement à travers les aides personnelles, ça veut dire qu’on va demander en parallèle aux bailleurs d’avoir 1,4 milliards de baisse de recettes et donc utiliser la trésorerie des organismes – qui est l’argent des locataires – pour permettre une baisse du déficit de l’Etat d’1,4 milliards. C’est absolument scandaleux. On se sert de l’argent des locataires, qui constitue l’essentiel de la trésorerie des organismes, pour financer le déficit de l’Etat. C’est ça la réalité. Ça ne plaît pas quand on le dit, y compris aux ministres, pourtant c’est une équation purement financière.
De la même façon, l’aide à la pierre est un élément fondamental pour construire du logement social à loyer maîtrisé. Si on veut avoir des loyers plus bas dans le logement social, il faut plus d’aides à la pierre, comme le modèle avant 1977. Aujourd’hui, on est passé de 800 millions d’euros il y a 5-6 ans à une participation réelle de l’Etat de 80 millions d’euros, c’est-à-dire rien. Et globalement parlant, l'aide à la pierre est constituée d'un appel de fonds à la CGLLS, qui est alimentée par les bailleurs sociaux donc par l'argent des locataires, et d'une contribution directe des bailleurs sociaux donc par l'argent des locataires. Donc aujourd'hui, les locataires Hlm paient l'aide à la pierre pour construire du logement social. Il n'y a aucune solidarité nationale sur le sujet.
Dans le même temps, et c'est ça qui est particulièrement choquant, ce gouvernement fait 3 milliards d'euros de cadeau à ceux qui payaient l'ISF. On ne peut pas accepter ça. »