arrowAdhérer à la CLCV

humanEspace adhérent

Retour

La CLCV à l’écoute des copropriétaires

17/12/2019 Lu 1682 fois Dernière modification le 07/01/2020

La CLCV à l’écoute des copropriétaires

Michelle Bazzaz, déléguée générale de la CLCV de Brest a un cheval de bataille, la copropriété. Avec son équipe elle informe, forme et défend les copropriétaires. Rencontre.

Les antennes de Brest et Quimper de la CLCV du Finistère ont une spécificité, elles sont spécialisées dans les questions de copropriété. « La ville de Brest a engagé en 1996 une action de réhabilitation des copropriétés de la ville et nous a demandé de nous y associer » explique Michelle Bazzaz déléguée générale de la CLCV chargée du logement. Un domaine qu’elle ne connaissait pas. « Nous n’avions pas de connaissances particulières sur ce sujet. C’est la CLCV de Grenoble qui a une expérience solide sur ces questions qui est venue nous former. J’ai adhéré tout de suite ! »se souvient-elle. « La copropriété c’est comme une démocratie dans un pays à petite échelle. C’est ce qui me plaît. Il faut qu’une majorité d’habitants se mette d’accord pour permettre  le fonctionnement de la copropriété. »

L’antenne brestoise compte 8 personnes dédiées aux questions de copropriété. Michelle entourée d’Anne et Anaïs assurent les permanences, interviennent au sein des copropriétés et assurent les formations. L’équipe est complétée par des bénévoles. Ils siègent dans différentes instances tel qu’à l’ANAH, au comité de suivi de requalification des copropriétés à Brest Métropole qui fait le point sur les réhabilitations engagées. « Nous ne sommes pas un cabinet d’experts. Nous sommes une association. Notre objectif est de créer un réseau d’échange entre les copropriétaires adhérents » précise Michelle.

Des permanences spéciales copropriété

Une permanence spécifique à la copropriété est ouverte deux fois par semaine. Impayés de charges, problèmes de voisinage, travaux, préparation d’assemblée générale… Les questions et les litiges ne manquent pas. « Les copropriétaires viennent facilement vers nous. Notre action est connue sur Brest et nous travaillons en partenariat avec la communauté d’agglomération » précise la déléguée générale. L’union locale accompagne également les syndics bénévoles : préparation d’assemblée générale, comptes, injonction de payer en cas d’impayés et plus dernièrement l’immatriculation des copropriétés.

Un investissement important

Deux permanences ne suffisent pas pour répondre à une demande importante : « nous faisons beaucoup de choses en dehors de ces deux créneaux. On s’adapte à la demande de la copropriété ou du copropriétaire. Cela va de la simple information au courrier ou rendez-vous avec le syndic à l’accompagnement des copropriétés en difficulté. » Les réunions et les interventions peuvent avoir lieu le samedi et en soirée car elles se calent sur les dates d’assemblée générale. L’équipe ne compte pas ses heures. L’association peut également contrôler les comptes du syndic avec un comptable bénévole. « Nous ne sommes pas contre les syndics, nous faisons en sorte que les droits des copropriétaires soient respectés. Des copropriétaires sont orientés vers la CLCV par des syndics » souligne la déléguée générale.

La formation et l’information des copropriétaires

Depuis plus de 20 ans l’association organise chaque année une formation gratuite sur 3 jours en partenariat avec Brest métropole. Elle s’adresse aux conseillers syndicaux, syndics bénévoles, copropriétaires et, en particulier, à ceux concernés par les opérations programmées de l’habitat ou aux personnes envisageant d’acheter un appartement. Le but, les former sur la législation, les obligations et le fonctionnement d’une copropriété. « Nous y abordons différents thèmes : le rôle du syndic, le contrat de syndic, le contrôle des charges de la copropriété, l’assemblée générale, les travaux ou encore les modifications législatives » détaille Michelle.

La CLCV de Brest organise également des réunions d’information à destination des candidats à l’acquisition d’un logement. Des rendez-vous d’échanges importants car « les personnes qui achètent en copropriété ne voient que leur logement pas les parties communes. Et pourtant si leur logement c’est « Versailles » les parties communes c’est parfois la « cour des miracles ». Elles ne se sont pas rendu compte du montant de travaux à venir ou du poids des charges. Nous essayons de mobiliser les futurs acquéreurs pour qu’ils regardent autant les parties communes que les logements» insiste Michelle Bazzaz.

La CLCV de Brest a noué des partenariats. Elle bénéficie par exemple d’un soutien et d’un financement de Brest métropole, la communauté d’agglomération, travaille avec SOliHA, qui aide les copropriétaires dans le cadre de l’opération d’amélioration de l’habitat, et TINERGIE qui aide les copropriétés pour les réhabilitations énergétiques.

 Crédit photo :  © MTG - stock.adobe.com


 

Revenir en haut top