arrowAdhérer à la CLCV

humanEspace adhérent

Retour

Fresnes : la joie n’est plus au rendez-vous…

vendredi, 19 juillet 2013 18:39
Fresnes : la joie n’est plus au rendez-vous…

Jeudi 18 juillet, plus de 80 pompiers sont intervenus Résidence Toit et Joie pour éteindre un feu qui a pris dans une cave.

Le sinistre a fait cinq blessés légers, des victimes incommodées par la fumée, et entraîné l’évacuation d’une centaine de personnes. Les sinistrés ont été accueillis dans la salle Henri-Thellier, ouverte spécialement par la mairie, où les attendaient eau et petits gâteaux. Le maire s’est rendu sur place.

Le cauchemar continue pour les locataires de cet immeuble de 250 logements qui subissent une réhabilitation tourmentée et dénoncent des problèmes de sécurité.

Ce fut d’ailleurs le cas, lors d’une rencontre organisée le 8 juillet dernier entre les locataires, la CLCV, le bailleur Toit et Joie, la mairie de Fresnes, l’entreprise de travaux Brézillon et l’architecte. Les locataires signalaient d’ailleurs avoir « trouvé la porte d’accès aux caves ouverte, compte tenu des nombreux matériels qui y sont entreposés, elle devrait être fermée à clé, merci de le rappeler aux ouvriers. De plus, il a été constaté une importante fuite d’eau « chaude » au niveau des caves, le représentant de la mairie a souligné l’état d’insalubrité qui pourrait en découler pour caves inondées. »

Suite à l’incendie et par sécurité, l’accès aux caves va désormais être limité. Une enquête est en cours pour déterminer l’origine du sinistre.

La colère est grande chez les locataires qui se plaignent depuis des mois de cette réhabilitation et des conditions de sa réalisation. Les malfaçons et désagrément subis sont nombreux : nouveaux radiateurs installés au milieu des murs empêchant les locataires de remettre leurs meubles, tuyaux de chauffage fixés sur les portes de placard, indemnité de 150€ insuffisante pour changer de cuisinière, etc. Les locataires réclament notamment un plan personnalisé par appartement pour connaître les travaux et transformations effectués chez eux ! L’architecte et le maître d’œuvre s’y sont engagés. Mais les locataires attendent d’autres réponses, notamment de leur bailleur. A défaut, ils menacent de ne plus ouvrir leurs portes…

Revenir en haut top