arrowAdhérer à la CLCV

humanEspace adhérent

Retour

Pain : Attention au dérapage sur les prix [22.01.08]

19/03/2009 Dernière modification le 02/07/2012
Pain : Attention au dérapage sur les prix [22.01.08]

Il nous aura fallu visiter plus de 300 boulangeries parisiennes pour trouver 100 artisans qui acceptent que nous relevions leur tarifs ! Il faut ajouter à cela de nombreux affichages non-conformes à la réglementation.

Notre analyse de la construction des prix nous amène aussi à nous interroger sur la légitimité des hausses annoncées par les artisans.

Sur le plan de la qualité du pain, un récent sondage de MV2/SSI pour la CLCV montre que la boulangerie artisanale bénéficie d'une image bien meilleure que la grande distribution puisque 87 % des sondés sont satisfaits de la qualité du pain des artisans alors que ce chiffre tombe à 40.8% pour les grandes surfaces. En revanche, en ce qui concerne le prix, la grande distribution sort largement en tête. En effet, 63 % des consommateurs considèrent que la baguette est au juste prix en grande surface tandis que 69 % la jugent trop chère chez les artisans.

Par ailleurs, les consommateurs semblent plutôt bien informés de la valeur nutritionnelle des différents pains: 74% d'entre eux savent en effet que les pains gris ou complets sont meilleurs pour la santé. Mais notre enquête menée dans 127 boulangeries* entre juillet et septembre 2007 montrent aussi que ces pains sont nettement plus chers.

Aujourd'hui, la boulangerie reste très en retard sur la question de l'amélioration de la qualité nutritionnelle de la baguette standard qui demeure un pain blanc, plutôt pauvre en fibres, vitamines et minéraux.

Régulièrement, des voix s'élèvent à l'Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments, à l'INRA et au Programme National Nutrition Santé pour prôner l'utilisation, pour le pain courant, d'une farine semi-complète dite ' bise ' ou ' de type 80 '. Mais nous avons pu constater que ces appels se heurtent à l'inertie et aux réticences de toute une filière.

Nous souhaitons une stratégie globale de développement du pain semi-complet pour qu'il ne reste pas cantonné au marché de niche des pains spéciaux, de 10 à 30 % plus chers, mais soit vendu au même prix que la baguette ordinaire.

Lire les résultats complets de l'enquête

Revenir en haut top