arrowAdhérer à la CLCV

humanEspace adhérent

Retour

Témoignage de la consom’actrice du mois : septembre 2013

mardi, 01 octobre 2013 16:08 Lu 1929 fois Dernière modification le mardi, 01 octobre 2013 16:10

Témoignage de la consom’actrice du mois : septembre 2013

Anne-Marie, 29 ans, participe à notre campagne depuis le début de l’année. Elle en dresse un premier bilan.

 

Les gestes que vous avez choisis ont-ils modifié votre quotidien ?

Très peu en réalité. J’avais déjà personnellement engagé des actions pour limiter ma surconsommation et réduit mes trajets en voiture. En revanche, le fait de savoir que cette action se déroule jusqu’en décembre prochain m’astreint à plus de régularité. Je suis parfois tentée, par facilité je l’avoue, de me faire cuire une tranche de bifteck et de prendre ma voiture au lieu de marcher et me faire chauffer une soupe de saison ! Les gestes proposés sont intéressants même si je regrette que rien n’ait été encore proposé dans le domaine du jardinage.

A ce propos, auriez-vous des suggestions ?

Je possède un petit jardin que j’entretiens avec passion sans utiliser de pesticides, car je me suis beaucoup documentée sur le sujet. Il me semble donc important de parler de l’utilisation de tous ces produits dont on se sert sens vraiment en mesurer l’impact.

De même, on sait aujourd’hui que la manière dont on se nourrit n’a pas que des effets négatifs sur la santé, mais aussi sur l’environnement. La surconsommation de viande est un problème de nos pays riches et pourtant on n’en parle qu’à demi-mot. En Allemagne, des propositions ont été faites pour que les cantines des écoles servent un repas entièrement végétarien par semaine. Cette petite initiative devrait être reprise et mise en avant dans toutes les cantines scolaires !

Nous avons beaucoup parlé de la consommation collaborative. Aujourd’hui, comment envisager vous la consommation de demain ?

Avant d’avoir lu votre newsletter je ne connaissais pas ce terme. Le concept est intéressant. Il est vrai que même si la société dans laquelle nous vivons est très individualiste, les modes de communication permettent de se rapprocher et de créer des réseaux d’entraide ou d’échanges de services. C’est vraiment très positif. Je suis convaincue que l’on ne pourra pas éternellement consommer dans un futur très proche autant qu’à l’heure actuelle. Ma fille de 16 ans « surfe » sur le Net pour échanger ses vêtements avec ses amies, quant à moi, je chine et cela me convient parfaitement. J’espère que ce mouvement se développera de plus en plus.

 

 

 

 

Revenir en haut top