arrowAdhérer à la CLCV

humanEspace adhérent

Retour

Mieux gérer son budget

23/02/2018 Lu 5157 fois Dernière modification le 23/02/2018

Mieux gérer son budget

Le portail « Mes questions d’argent » offre un accès à une foule d’informations indispensables pour mieux gérer son budget au quotidien et comprendre aussi les risques financiers auxquels on peut être confronté dans ses décisions de la vie courante.

Faire ses comptes, comprendre ses impôts, maîtriser ses dettes, son budget étudiant, choisir une banque, ouvrir un compte, acheter en ligne, financer un projet, épargner pour sa retraite, faire face aux difficultés… sur toutes ces problématiques, et bien d’autres encore, la Banque de France propose  www.mesquestionsdargent.fr.

Contenus variés
Piloté par la Banque de France et élaboré avec une vingtaine d’acteurs associatifs – dont la CLCV -, institutionnels et professionnels, ce portail aborde plus d’une centaine de thématiques et renvoie aussi aux contenus de l’ensemble des partenaires. Vidéos, quiz, foires aux questions, mais aussi lettres-types, simulateurs : les contenus sont riches et variés. Et surtout regroupés sur un site unique : un bon moyen de permettre à tous d’accéder à une information pédagogique, claire et gratuite.

Stratégie nationale
La mise en ligne de ce portail d’information est la première étape de la stratégie nationale d’éducation financière initiée par le gouvernement et portée par le Comité national mis en place en décembre 2016. Il rassemble les administrations et institutions concernées par le sujet, des associations (voir l’interview de Marie-Jeanne Eymery qui y siège au nom de la CLCV) et des professionnels du secteur financier. Cette stratégie nationale prévoit aussi de développer l’éducation financière et budgétaire en milieu scolaire et d’accompagner les publics en situation de fragilité. 

Interview

                                             « S’informer c’est bien, mais ça ne suffit pas »

Référent en matière de crédit et de surendettement à la CLCV depuis plus de 25 ans, Marie-Jeanne Eymery a longtemps siégé en commission de surendettement. Elle assure toujours des permanences à la CLCV de Grenoble et représente aussi notre association au sein du Comité national de l’éducation financière mis en place le 20 décembre 2016.

Pourquoi avoir décidé de siéger dans ce Comité ?
Dans la mesure où la CLCV est reconnue dans le domaine de la consommation, du crédit et du surendettement, il était important d’y aller pour faire bouger les choses et continuer aussi à défendre les positions que nous avons toujours soutenues.

L’éducation financière des consommateurs est-telle une nécessité ?
Oui. Les jeunes aujourd’hui n’ont pas la notion de l’argent et savent encore moins gérer un budget. Et nombre de parents ne jouent pas leur rôle éducatif en matière d’argent, hésitent par exemple à demander une participation financière à leurs enfants qui vivent à la maison et ont un salaire. Plus globalement, il est indispensable d’avoir une notion de ce qu’est un budget avant de se lancer dans un achat et un crédit.

Est-ce que la mise en ligne d’un portail d’information sera suffisante pour prévenir le surendettement et les litiges ?
L’intérêt de ce site, c’est qu’il ne vend rien, il propose de l’information accessible à tous. Cela va permettre à tous ceux qui sont à l’aise avec Internet de faire des recherches et de trouver des réponses, chez eux et de façon anonyme : des informations qu’ils auront tout intérêt à éclaircir et compléter en allant rencontrer des personnes ressources, les équipes de la CLCV, par exemple. Le site renvoie en effet, pour chaque département, vers des contacts terrain.

Pour autant, il ne résoudra pas tout. Il y aura toujours du surendettement parce qu’à un moment de la vie, on peut être confronté à une perte d’emploi, une séparation, un départ à la retraite, des événements difficiles à anticiper si on n’a pas appris à gérer un budget.

Les litiges ne disparaîtront pas non plus. Car si le droit à la consommation protège les consommateurs français, souvent, ils ne vont pas au bout des démarches, ne prennent pas le temps de réfléchir avant de souscrire un crédit, n’utilisent pas le délai de rétractation de 14 jours pour revenir sur leur décision. Et quand on fait un achat sur Internet, qui va vraiment voir les conditions générales de vente ?

Revenir en haut top