arrowAdhérer à la CLCV

humanEspace adhérent

Retour

L’action de la CLCV sur le terrain du surendettement

04/03/2019 Lu 1457 fois Dernière modification le 19/03/2019

L’action de la CLCV sur le terrain du surendettement

Portraits croisés de deux femmes, militantes à la CLCV, Chantal et Michèle, engagées dans la lutte contre le surendettement.

Michèle Bernarda et Chantal Pistre, toutes deux à la CLCV de Montpellier, ont des parcours différents mais un sujet les réunit, la défense du consommateur face au surendettement. Michèle est entrée à l’association en 1997. Spécialisée en droit de la consommation, elle est juriste et anime le « Service Conso ». Chantal est retraitée du secrétariat de la commission de surendettement de la Banque de France. Elles tiennent chacune une permanence « surendettement ».

Chantal s’occupe depuis 2005 de la permanence de Lunel. Elle met son expérience au service des ménages en difficulté : « je suis arrivée à la Banque de France à la mise en place des commissions de surendettement. J’ai suivi l’évolution de la législation sur le surendettement. Je sais comment IMG 1357fonctionne le secrétariat de la Banque de France, ce qui me permet de mieux préparer les dossiers pour qu’ils aient toutes les chances d’être acceptés en commission. »

Les permanences « surendettement » (Montpellier et Lunel) existent depuis une vingtaine d’années. D’un simple accueil à leur début, elles ont vite connu une forte affluence. Un flux de demandes auxquelles la CLCV ne pouvait pas faire face avec ses fonds propres. « Le conseil départemental nous a dit qu’il n’était pas question que nous les fermions. Il nous a mis à disposition des locaux et nous a aidés à financer les permanences. Aujourd’hui, il y a une équipe de 4 bénévoles et 3 salariés*. Nous avons reçu 700 ménages en 2018 répartis sur le département. »

Écouter et accompagner

La spirale du surendettement, Chantal en est témoin chaque semaine. Elle reçoit des personnes seules ou des ménages surendettés. « Je vérifie qu’ils ont bien rempli leur dossier et joint toutes les pièces justificatives. J’ai aussi une mission d’information. Par exemple, si la personne n’est pas de bonne foi, je lui explique que c’est un des critères pour l’acceptation de son dossier. Une fois le dossier complet, mon rôle s’arrête là. C’est le surendetté qui doit envoyer son dossier
à la commission. Le représentant des consommateurs à la commission prend ensuite le relais. » Une fonction que Michèle a assumée pendant plusieurs années. La mission du représentant est de défendre les consommateurs et faire respecter leurs droits au sein de la commission. « Notre rôle est important, souligne Michèle, il permet au consommateur perdu devant la procédure de surendettement, qui lui semble bien souvent opaque, d’être accompagné. »

Les permanences reçoivent tous types de profils

« À Montpellier, ça va du chômeur à l’architecte en passant par le retraité avec parfois un bon niveau de retraite, rapporte Michèle. Ils viennent par le bouche-à-oreille ou nous sont adressés par le conseil départemental ou un travailleur social. » À Lunel, la situation est différente. Avec un taux de chômage important, Chantal accueille beaucoup de personnes sans emploi. « Les personnes qui prennent rendez-vous ont plutôt honte de déposer une déclaration de surendettement. Il faut leur dire que c’est un acte responsable lorsque l’on ne peut pas faire autrement face à un budget, un accident de la vie » insiste Michèle.

IMG 1376Le crédit à la consommation reste pourvoyeur d’endettement

Si à la permanence de Lunel, Chantal constate que les origines du surendettement sont les dettes de la vie courante (arriérés de loyers, d’électricité, de charges…) et non pas des crédits à la consommation, à Montpellier, ces derniers en restent la cause principale : « le crédit à la consommation est toujours très présent dans l’endettement des ménages. À Montpellier, pour la dette principale du surendetté, 44 % des dettes sont des crédits à la consommation et le reste des dettes de charges » souligne Chantal.

Ces permanences ne sont pas près de fermer leurs portes. « Depuis que je tiens la permanence, j’ai remarqué au fil du temps que je reçois de plus en plus de personnes » constate Chantal. Les habitants du Languedoc-Roussillon en difficulté financière peuvent compter sur les permanences « surendettement » pour les accompagner.

Qu’est-ce que la procédure de surendettement ?

Une personne en état de surendettement peut bénéficier de la procédurede surendettement après en avoir fait la demande à la commission de surendettement de la Banque de France de son département. La procédure est gratuite et ouverte aux personnes physiques de bonne foi. Elle permet, si le dossier est accepté, de trouver des solutions à la situation de surendettement.


* Sur Lunel : Chantal et Carole - Sur Montpellier : Paulette, Danièle, Madeleine, Michèle et Yves

Crédit photo : 3dman_eu Pixabay

Revenir en haut top