Imprimer cette page
Retour

Victimes de cyber-malveillance : du nouveau !

jeudi, 22 juin 2017 16:45
Victimes de cyber-malveillance : du nouveau !

Un nouveau site Internet vient d’être mis en ligne pour informer les victimes de cyber-malveillance et les orienter vers des prestataires en informatique à côté de chez eux.

Les opportunités offertes par le numérique sont nombreuses, que ce soit pour rechercher de l’information, communiquer ou contrôler à distance son domicile grâce à la domotique.

En parallèle, la numérisation de la plupart des actes de notre vie courante (relations avec l’administration, avec les entreprises) rend le numérique incontournable sous peine d’exclusion des non utilisateurs.

Mais le numérique, ce sont également des risques pour un consommateur qui n’est pas toujours bien protégé. Les victimes de cyber-malveillance peuvent ainsi se retrouver confrontées à de très mauvaises surprises : un virus qui détruit les fichiers ou aspire des données, un écran d’ordinateur bloqué ou des fichiers effacés contre une demande de rançon, des fenêtres publicitaires qui s’ouvrent de façon intempestive, etc. Ordinateur, téléphone, tablette, comptes en ligne (réseaux sociaux, etc.)… de nombreux supports peuvent être concernés.

Un nouveau site Internet vient d’être mis en ligne par le gouvernement pour informer et assister les victimes de cyber-malveillance. La CLCV s’implique depuis longtemps sur ces questions. C’est donc tout naturellement qu’elle a participé à ce projet.

Rendez-vous donc sur www.cybermalveillance.gouv.fr dont la prévention est l’un des points forts. Vous y trouverez des vidéos détaillant les risques de malveillance sur Internet et de précieux conseils.

Par ailleurs, ce site permet d’accéder à une liste de prestataires en informatique qui ont fait la démarche de s’y inscrire. Et donc de gagner du temps lorsqu’on a besoin d’aide. A partir de cette liste, il est possible – et souhaitable – de demander des devis pour connaître le coût d’une intervention avant de s’engager.

Une précision : ce site est pour l’instant expérimenté dans la région Hauts-de-France avant d’être accessible partout. Mais les conseils de prévention sont consultables par tous.