arrowAdhérer à la CLCV

humanEspace adhérent

Retour

Pas d’antibio dans mon assiette

lundi, 23 novembre 2015 17:18
Pas d’antibio dans mon assiette

La CLCV s’associe à la campagne #AntibioticsOfftheMenu de Consumers International et demande aux principales chaînes de restauration d’arrêter de se fournir auprès d’élevages utilisant des antibiotiques destinés aux humains.

L'OMS a lancé le 16 novembre 2015 la première semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques. Si la plupart des Français savent que « les antibiotiques, c’est pas automatique », peu de consommateurs imaginent que les usages déraisonnables d’antibiotiques concernent aussi la médecine vétérinaire et l’agriculture.

Ces mauvaises pratiques entraînent le développement de bactéries infectieuses qui sont résistantes aux antibiotiques. Ce qui inquiète les professionnels de santé et les agences de sécurité alimentaire. Mais aussi les associations de consommateurs comme la CLCV.

En effet, environ la moitié des antibiotiques produits dans le monde sont actuellement utilisés dans le secteur de l’élevage. Et si l’usage des antibiotiques comme promoteur de croissance n’est plus autorisé dans l’Union européenne depuis 2006, c’est loin d’être le cas dans d’autres pays d’où peut provenir la viande et la volaille utilisées pour nous nourrir.

Face à cette crise imminente, Consumers International (CI), fédération internationale d’organisations de consommateurs dont la CLCV est membre, a décidé d’interpeller les principales chaînes de restauration. Des multinationales comme Mc Donald’s, KFC et Subway sont en effet en mesure d'avoir un impact réel sur l'utilisation des antibiotiques en élevage en renonçant à utiliser des viandes issues d’élevages utilisant des antibiotiques destinés aux humains.

Pour notre part, nous souhaitons que les responsables de ces chaînes en France nous informent sur leurs politiques en ce qui concerne l'utilisation d'antibiotiques dans les volailles et les viandes présentes dans leurs menus. Nous leur demandons aussi de s’engager dans la lutte contre l’antibiorésistance en privilégiant dès aujourd’hui des achats auprès d’élevages n’utilisant pas des antibiotiques destinés aux humains à titre préventif.

 

Revenir en haut top