arrowAdhérer à la CLCV

humanEspace adhérent

Retour

Libéralisation des formats d’emballage

jeudi, 17 mars 2011 17:54 Dernière modification le mardi, 19 juin 2012 20:05
Libéralisation des formats d’emballage

Le 11 avril 2009, les consommateurs européens sont entrés dans l’ère de la dérégulation des formats d’emballage. En dehors des vins et spiritueux, les produits préemballés ne sont désormais plus soumis aux règles sur les quantités « nominales ». A terme, les paquets de sucre en morceaux par exemple ne pèseront plus tous 1 kilo et les consommateurs vont être plongés dans une jungle de formats libres.

Confusion

Dès 2002, au moment de la consultation sur ce qui n’était encore qu’un projet de règlement, nous avions exprimé notre scepticisme sur cette mesure. Nous craignions, en effet, que ces nouveaux formats censés mieux répondre aux besoins des ménages, ajoutent une confusion supplémentaire sur les prix. Au nom d’une concurrence réputée bénéfique pour les consommateurs, la commission a inspiré une mesure qui, en fait, risque de les pénaliser en compliquant les achats au quotidien.

Les professionnels ont d’ores et déjà lancé des formats « innovants » : on trouve ainsi en rayon des paquets de riz de 900 grammes qui ressemblent à s’y méprendre au format de 1 kilo, ainsi que des boîtes de céréales du petit-déjeuner de 600 grammes au lieu des 750 grammes habituels.

Au rayon des lessives, les paquets de 2,16 kg côtoient ceux de 2,25 kg : faire le tri entre vraies et fausses « bonnes affaires » relève du parcours du combattant. Quant aux « maxi-formats » réputés avantageux, il n’est pas toujours possible de comparer leur prix avec les paquets habituels, ce qui laisse les consommateurs perplexes quant à leur intérêt réel.

Peu lisible

Le seul repère fiable demeure le prix au kilo ou au litre dont l’affichage est obligatoire, mais qui reste malheureusement trop peu lisible sur les étiquettes pour lesquelles une taille minimale de caractères devrait être définie.

La CLCV appelle les professionnels à garantir une véritable transparence sur les prix, premier critère d’achat pour un nombre croissant de ménages.
Nous serons particulièrement attentifs à ce que les consommateurs ne paient pas la note de cette libéralisation des formats qui risque de noyer l’information.

Revenir en haut top