arrowAdhérer à la CLCV

humanEspace adhérent

Retour

Le recyclage des téléphones portables usagés en question

vendredi, 07 octobre 2016 17:33 Dernière modification le vendredi, 07 octobre 2016 17:43
Le recyclage des téléphones portables usagés en question

Seuls 15 % des téléphones portables mis sur le marché français sont repris pour être recyclés ou réparés. Un beau gâchis pointé par un rapport du Sénat. 

Chaque année, en France, environ 24 millions de téléphones portables sont vendus. Chaque foyer en possède en moyenne 2,4. Que deviennent nos téléphones usagés ? C’est ce qu’a cherché à savoir la mission d’information du Sénat sur l’inventaire et le devenir des matériaux et composants des téléphones mobiles. Au terme d’une enquête menée tambour battant durant l’été, la mission pilotée par la sénatrice écologiste Marie-Christine Blandin, a rendu, le 29 septembre 2016 un rapport qui interpelle fortement. Il pointe un beau gâchis et met en avant de vraies propositions qui reprennent, pour l’essentiel, celle que notre association avaient faites lors de son audition par la mission.

Des matériaux de valeur

Si les sénateurs n’ont pas réussi à obtenir de la part des fabricants et des opérateurs des informations précises sur la liste des matériaux utilisés pour fabriquer un téléphone portable, ils estiment que ces produits constituent « une véritable mine urbaine qu’il est indispensable de valoriser par le recyclage ». La carte électronique concentre les matériaux de valeur : elle contient de l’argent, du cuivre, de l’étain, de l’or, du platine, du palladium, du tantale, des terres rares et du tungstène. Une tonne de cartes électroniques peut comprendre jusqu’à 1 kg d’or, 5 kg d’argent, 9 kg de tantale et 250 kg de cuivre. La valeur de ces cartes varie, selon le rapport, de 6000 € à 15 000 € la tonne, voire jusqu’à 50 000 € pour les cartes les plus riches.

Ce gisement reste inexploité. « La conception des téléphones est délibérément défavorable au réemploi et au recyclage, déplore le rapport. La course à l’innovation et au développement de nouvelles fonctionnalités éclipse l’enjeu de l’écoconception. » Illustration : la quasi-impossibilité, aujourd’hui, de remplacer les batteries intégrées.

Au vu des quantités de portables mis sur le marché chaque année, le volume de téléphones usagés effectivement collecté est très faible : 15 % environ des 24 millions de téléphones vendus sont collectés et rejoignent, à la fin de leur vie, des filières de réparation, de transformation ou de recyclage.

Des freins nombreux

Parmi les freins : les limites de la reprise dite « un pour un ». Les distributeurs sont en effet tenus par la loi d’accepter la reprise gratuite d’un appareil usagé lors de l’achat d’un produit neuf du même type. Cette disposition s’applique autant aux magasins « physiques » qu’à la vente en ligne. Or, comme l’a rappelé notre association lors de son audition par la mission le 21 juillet 2016, nos enquêtes montrent que dans les magasins et surtout sur Internet, cette reprise reste difficile : en ce qui concerne les petits équipements comme les smartphones ou les tablettes, 57 % des sites marchands concernés par notre enquête de juin 2016 ne pratiquent pas la reprise un pour un.

La mission a également recensé des freins psychologiques au tri des téléphones portables. Si de nombreux consommateurs conservent leur ancien téléphone afin de disposer d’une solution de remplacement en cas de panne, ils craignent aussi pour leurs données personnelles. Au total, 100 millions de téléphones portables usagés dormiraient ainsi dans les tiroirs.

Dommage. Car pour les sénateurs, la réparation, le réemploi ou le recyclage de tous ces équipements pourraient alimenter une filière française riche en emplois industriels.

27 propositions pour changer la donne

 

La mission souhaite que les fabricants de téléphones portables prennent leurs responsabilités et informent les consommateurs sur la composition de leurs produits et la provenance des matériaux. Elle demande de renforcer la règlementation européenne et nationale pour mettre un coup d’arrêt à certaines pratiques qui limitent la réparation et le recyclage des téléphones (vis non standard, collage ou soudage des éléments, inamovibilité de la batterie, chargeur universel, etc.).

Pour lutter contre l’obsolescence programmée et augmenter la durée de vie des téléphones portables, elle propose de valoriser l’écoconception des équipements et d’imposer la réversibilité des mises à jour. Autre piste : allonger de 2 à 4 ans la garantie légale pour les téléphones portables.

Elle invite aussi au soutien des acteurs du réemploi et au développement des filières locales de recyclage. Elle reprend enfin nombre de propositions de la CLCV et notamment le renforcement du contrôle sur l’application des mécanismes de reprise « un pour un » par les sites de vente en ligne. En cas de non-respect, des sanctions doivent être prévues et appliquées. En effet, sensibiliser les consommateurs à l’importance du recyclage ne sert à rien si des moyens de collecte simples et gratuits ne leur sont pas proposés.

Revenir en haut top