arrowAdhérer à la CLCV

humanEspace adhérent

Retour

Le prix du pétrole baisse, celui des billets d’avion pas vraiment

mercredi, 24 février 2016 13:55 Dernière modification le jeudi, 25 février 2016 15:37
Le prix du pétrole baisse, celui des billets d’avion pas vraiment

Les compagnies aériennes tardent à répercuter la baisse du prix du carburant sur le tarif des billets d’avion. Explications.

C’est un fait. Depuis l’été 2014, le prix du baril de pétrole et donc, celui du carburant aérien, le kérosène, ont chuté d’environ 60 %. En toute logique, le prix des billets d’avion devrait lui aussi baisser, d’environ 10 %.

Achat du kérosène à l’avance

Si cette évolution est inéluctable, elle se fait toutefois attendre. Une première raison à cela : les compagnies aériennes achètent le carburant dont elles ont besoin bien à l’avance. Et elles s'assurent sur ce prix. Autrement dit, si le prix du kérosène monte au-delà de ce qu’elles ont fixé, une assurance prend en charge la différence. Mais si le prix du carburant chute entre temps, la compagnie s'engage à l'acheter au prix convenu à l'avance. C’est pourquoi les compagnies estiment qu’il faut attendre six mois environ pour que la répercussion soit réelle. Cette période est pourtant bien passée puisque cela fait 18 mois que le prix du pétrole s’est effondré.

Se refaire une santé

Autre certitude : la baisse du prix du carburant est une bouffée d’oxygène pour les compagnies aériennes. Certaines en profitent pour reconstituer leurs marges et donc, se refaire une santé. Ainsi, le groupe Air France-KLM a publié, le 18 février 2016, des résultats 2015 dans le vert - une première depuis 2008 -, l’évolution à la baisse du cours du pétrole l’explique.

Même si cela reste encore confidentiel, le prix des billets d’avion a commencé à diminuer. Aux Etats-Unis, par exemple, la baisse serait de l’ordre de 14 % en 2015, sur les vols intérieurs et toutes compagnies confondues, d’après le responsable d’un site Internet qui collecte les données instantanées des prix des billets d’avion. Cette évoluton serait encore plus visible sur les destinations fréquentées et soumises à une forte concurrence, comme depuis ou vers Chicago, New-York, Los Angeles ou San Francisco.

Selon les destinations…

Sur les créneaux concurrentiels, la baisse se fait déjà sentir, vers les destinations européennes bien sûr, où le low-cost existe, mais aussi vers l’Asie ou les Etat-Unis. En revanche, ce n’est pas le cas pour certaines liaisons intérieures, en France, et vers l’outre-mer. A ce sujet d’ailleurs, le ministre de l’Economie vient de demander à ses services de mener l’enquête sur une possible entente sur les prix, notamment pour les liaisons avec l’Ile de la Réunion.

De son côté, l’Insee a mis en place un indicateur qui révèle une baisse d’environ 4 % pour le consommateur français, en un an, sur le prix du transport aérien.

On est donc encore loin des 10 % attendus, mais d’ici quelques mois, il est probable que les consommateurs puissent à leur tour profiter plus largement, lorsqu’ils voyagent, de la chute du prix du baril de pétrole.

 

En partenariat avec RTL, la CLCV est intervenue à l'antenne ce jeudi matin 25 février 2016 : http://www.rtl.fr/actu/economie/le-prix-des-billets-d-avion-ne-suivent-pas-la-baisse-du-petrole-7782047193

Revenir en haut top