Imprimer cette page
Retour

Grippe saisonnière : 5 idées reçues sur la vaccination

vendredi, 06 octobre 2017 13:46 Dernière modification le mardi, 10 octobre 2017 13:56
Grippe saisonnière : 5 idées reçues sur la vaccination

Chaque année, la grippe saisonnière touche entre 2 et 8 millions de personnes en France. Se faire vacciner est le meilleur moyen pour se protéger contre la grippe et ses complications. La campagne de vaccination contre la grippe saisonnière qui débute aujourd’hui, est l’occasion de tordre le cou à certaines idées reçues.

 1. Il n'y a pas besoin de se faire vacciner contre la grippe tous les ans

Ce n’est pas parce que vous avez été vacciné l’année dernière que vous êtes protégé contre la grippe saisonnière 2017. Le virus peut être différent et il faut donc chaque année adapter la composition du vaccin. Elle est actualisée en fonction des souches virales qui ont circulé l’hiver précédent et donc les plus susceptibles d’être présentes l’hiver suivant. Si vous avez été vacciné en 2016, il est donc nécessaire de vous faire vacciner en 2017, sinon vous ne serez pas protégé contre la maladie cet hiver.

2.  Le vaccin contre la grippe peut être dangereux pour la santé

Des effets indésirables existent, mais ils sont passagers et bénins : fièvre, douleurs articulaires ou musculaires… Ils peuvent survenir chez 5 à 10 % des personnes vaccinées, et disparaissent sans avoir à prendre un traitement. Mis dans la balance, il est bien plus dangereux d’avoir la grippe que de se faire vacciner ! En effet, la maladie peut entraîner des complications surtout chez les personnes à risques : les personnes âgées de 65 ans et plus, les personnes atteintes de certaines maladies chroniques, les femmes enceintes,… Santé Publique France estime, que l'an dernier, près de 14 000 décès ont été liés à la grippe, principalement chez les personnes âgées.

3. Seules les personnes âgées doivent se faire vacciner

La vaccination a pour objet de protéger les personnes pour lesquelles la grippe présente un danger. Il ne s’agit pas que des personnes âgées de 65 ans et plus. La vaccination est aussi recommandée, par exemple, pour les femmes enceintes, les personnes souffrant de certaines affections de longue durée (ALD), les personnes souffrant d’asthme ou d’une broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) et celles présentant une obésité sévère avec un indice de masse corporel (IMC) égal ou supérieur à 40kg/m2. Il est également préconisé aux personnes qui côtoient des populations à risque (nourrissons, personnes âgées…) de se faire vacciner.

4. L’homéopathie est aussi efficace que le vaccin

Seul le vaccin a une efficacité démontrée dans la prévention de la grippe. Il ne peut donc pas être remplacé par un traitement homéopathique. Sachez que si vous attrapez la grippe, les antibiotiques ne vous soigneront pas car il s’agit d’une maladie virale. Les antibiotiques sont utiles en cas de surinfection bactérienne.

5. Le vaccin peut provoquer la grippe

Le vaccin contre la grippe est composé de virus inactivés, c’est-à-dire qui ne sont pas vivants. Ils ne peuvent en aucun cas donner la grippe. Il faut compter une quinzaine de jours après la vaccination pour que l’organisme soit protégé contre la grippe. Pendant ce laps de temps, vous pouvez donc attraper la grippe. Le vaccin ne protège pas à 100 %. Son efficacité est variable selon l’âge de la personne et selon les souches. Mais il est aujourd’hui le moyen le plus efficace pour prévenir la maladie et protéger les populations les plus vulnérables.

 

Plus d’informations : Gestes de prévention, reconnaître les symptômes de la grippe, quand consulter… retrouvez des informations pratiques dans le dossier grippe saisonnière de l’Assurance maladie 

 

La campagne de vaccination contre la grippe saisonnière
« Ne laissons pas la grippe nous gâcher l’hiver »
La campagne de vaccination contre la grippe saisonnière concerne plus de 12 millions de personnes pour qui la grippe représente un risque de complications parfois graves. Moins d’une personne sur deux pour qui la grippe représente un risque s’est fait vacciner l’hiver dernier. La campagne rappelle l’importance de la protection par le vaccin.

 

Sources : L’Assurance maladie, le ministère des Solidarités et de la Santé, Santé publique France