arrowAdhérer à la CLCV

humanEspace adhérent

Retour

Grand débat national : un bilan mitigé

14/05/2019 Dernière modification le 14/05/2019
Grand débat national : un bilan mitigé

La CLCV a participé au grand débat national, qui s’est achevé le 15 mars dernier. Elle en tire un bilan contrasté.

Dès l’été 2018 la CLCV a été la première association à alerter le gouvernement sur les risques d’une hausse de la fiscalité environnementale. Reçus par le gouvernement pour défendre le pouvoir d’achat des consommateurs face à l’augmentation du prix des énergies, nous avions eu pour unique réponse une fin de non-recevoir. Nous avons pourtant visé juste. Quelques semaines après notre rendez-vous à Matignon et à l’Élysée, la crise des gilets jaunes s’est cristallisée autour de ce même sujet ! C’est dans ce contexte qu’Emmanuel Macron a annoncé l’organisation d’un grand débat national dont l’objectif était alors de faire entendre les inquiétudes de la vie quotidienne des Français et proposer des mesures en faveur du pouvoir d’achat.

Un grand absent : le logement

Étrange conception du débat que de limiter celui-ci à quatre grands sujets. Ce sont pourtant les contours mis en place par le gouvernement. Vous avez eu la possibilité de vous exprimer sur les enjeux de la transition écologique, la fiscalité et les dépenses publiques, la démocratie et la citoyenneté mais également sur l’organisation de l’État et des services publics. Des thèmes vastes et englobant tous les sujets, a priori...

La CLCV a rapidement souligné un absent de taille, le logement et ses enjeux considérables en matière de pouvoir d’achat. Alors qu’une étude de l’INSEE fin 2018 démontrait que les dépenses contraintes des ménages augmentaient principalement à cause des coûts liés au logement, le gouvernement l’a totalement exclu du débat national.

La CLCV au cœur du grand débat

Le débat national a été l’occasion pour la CLCV d’organiser un débat interne sur le pouvoir d’achat. Vous avez pu exprimer vos inquiétudes et faire ressortir vos propositions à travers vingt réunions locales, comme celles organisées par la CLCV de Marseille et du département du Nord, ou par l’envoi de cahiers de doléances comme dans les associations de la région Auvergne-Rhône-Alpes ou encore la CLCV du Finistère.

Le secrétariat national de la CLCV avait également mis en place un formulaire sur www.clcv. org pour recevoir les propositions des Français. Au total, ce sont plus de 500 contributions qui nous sont parvenues. Elles ont fait ressortir cinq thèmes principaux : le logement, l’alimentation, l’énergie, les services financiers et les services publics.

Produits de première nécessité : baisse de la TVA

La principale demande qui nous a été remontée est la baisse de la TVA sur les produits de première nécessité, notamment en matière d’énergie. La CLCV s’est engagée pleinement dans cette demande afin d’obtenir le gel de la taxe carbone en 2019 sur les carburants, le gaz et le fioul. C’est également le sens de notre action contre la hausse du tarif de l’électricité de 5,9 % en juin 2019.

Autre demande, largement soutenue, l’encadrement des loyers dans les villes où il devient difficile de se loger à un prix décent. Des mesures moins populaires que le rétablissement de l’impôt sur la fortune sont remontées dans le cadre de notre débat interne. Vous êtes nombreux à demander une diminution des frais des maisons de retraite, alors que le reste à charge médian en établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes est évalué à 1 850 €. Les autres sujets remontés par notre consultation concernent la qualité de vie : le développement du bio et des circuits-courts pour privilégier une alimentation saine.

Des annonces en demi-teinte

Le grand débat national avait pour objectif de prendre des mesures fortes pour le pouvoir d’achat des ménages, mais le compte n’y est pas. Alors que la baisse de la TVA sur les produits de première nécessité était fortement attendue pour agir directement sur le porte-monnaie des consommateurs, ce sujet n’a pas été évoqué par le président de la République lors de sa conférence de presse du 25 avril dernier, organisée pour clôturer le grand débat.

L’annonce de la réindexation des pensions sur l’inflation pour les retraites inférieures à 2 000 € était, quant à elle, fortement souhaitée par les retraités. Dans l’ensemble, la majorité des annonces restent floues. Qu’il s’agisse de transition écologique avec la création d’un comité de défense de l’environnement ou de la volonté de baisser les impôts, les imprécisions ne manquent pas.

Dans ce contexte, la CLCV estime que ce n’est pas suffisant. Le grand débat était en réalité à sens unique et notre association persistera à s’engager pour défendre le pouvoir d’achat des consommateurs et des locataires. Nous continuerons à demander l’annulation de la hausse du tarif de l’électricité, l’encadrement effectif des loyers et la sauvegarde de tous les services publics de la vie quotidienne. Enfin, nous militerons pour qu’une réelle démocratie locale soit instaurée avec, entre autres, l’amélioration de l’organisation des commissions consultatives des services publics locaux.

Revenir en haut top