arrowAdhérer à la CLCV

humanEspace adhérent

Retour

Bisphénol A : c'est fini

lundi, 02 février 2015 15:34 Dernière modification le mardi, 24 mars 2015 12:41
Bisphénol A : c'est fini

On ne sait pas exactement par quels substituts il est remplacé.

Pour mémoire, le Bisphénol A (BPA) est un additif technique contenu principalement dans le revêtement intérieur de certaines boîtes de conserve ou canettes, dans certains plastiques ou dans les papiers thermiques habituellement utilisés pour les facturettes ou l’étiquetage. En raison de fortes inquiétudes sur les risques sanitaires encourus, les parlementaires français ont décidé d’interdire l'utilisation du Bisphénol A dans les conditionnements et ustensiles alimentaires à partir du 1er janvier 2015.

Depuis quelques semaines, en France, on ne peut donc plus fabriquer, importer et mettre sur le marché des emballages alimentaires contenant du BPA. Les stocks existants peuvent toutefois être vendus jusqu'à épuisement. Mais, par quoi a-ton remplacé cet additif technique dans nos emballages ?

Pour les matériaux plastiques, la substitution a commencé dès 2013 lors de l’interdiction du BPA dans les conditionnements et ustensiles alimentaires destinés aux enfants de moins de 3 ans. On a donc un peu de recul et l’ANSES a eu l’occasion de se pencher sur leurs avantages et inconvénients. Cependant, des incertitudes demeurent sur certains substituts.

Pas mieux du côté des boîtes de conserve et des canettes de boissons ! On ne dispose pas aujourd’hui d’une solution unique, vraiment fiable et applicable pour remplacer les résines époxydes. Il y a bien le verre, les emballages cartonnées type brique ou les poches souples (Doypack®), voire de nouvelles résines pour fabriquer les vernis... Mais ces solutions ne conviennent pas pour tous les types d’aliments. Notamment, certains vernis de substitution sont peu compatibles avec la conservation des aliments humides ou bien dotés d’un pH très haut ou très bas (acide). D’autre part, certains substituts envisagés sont bien moins connus et évalués que le Bisphénol.

Malheureusement, lorsqu’il achète une conserve, une canette ou un aliment dans un flacon en plastique, le consommateur n’a aucun moyen de savoir si le conditionnement contient toujours du BPA ou si son fabricant l’a déjà remplacé. Aucune information non plus sur la solution technologique retenue. Or, certains substituts pourraient être potentiellement dotés d’une toxicité équivalente voire supérieure à celle du Bisphénol !

 pas-affichage

Ici, les honoraires ne sont pas affichés.

honoraires-ok 

 Ici, les honoraires sont bien affichés et les plafonds conformes à la loi.

honoraires-loyer

Là, les honoraires sont indiqués, mais calculés en pourcentage du loyer annuel net de charges 

 honoraires-loyer-2

 là encore, c'est le loyer annuel net de charges qui sert de base au calcul des honoraires de l'agence.

 Ces quelques exemples sont donnés à titre indicatif.

 

 

 

 

 

 

 

 

Revenir en haut top